ARA 3000 ALPHA® PERROQUET – ARAthérapie chez le perroquet

Trouble cutané du perroquet, approche clinique chez un cacatoès

La pratique du vétérinaire généraliste évolue dans la prise en charge d’espèces exotiques. Ce cas illustre l’intérêt de l’ARA 3000 ALPHA® dans le traitement des troubles cutanés, et plus particulièrement en cas de picage chez le perroquet (dans ce cas, utilisation hors AMM)

Raya, femelle cacatoès de 4 ans, vit avec sa sœur dans une volière avec de nombreux éléments d’enrichissement de son environnement et dispose en complément d’une volière extérieure de 20 m².

L’alimentation du perroquet est composée essentiellement de granulés extrudés, complétée par des graines sèches et des légumes.

Picage du perroquet, approche clinique

Les premiers signes cutanés de Raya sont survenus, selon la propriétaire, au moment du déclenchement de la maturité sexuelle (avril 2016) (Fig. 1) avec du prurit et l’apparition de croûtes sous les ailes et sur le bréchet. Par ailleurs, elle constate une altération de l’état général avec des troubles du sommeil et une humeur moins joyeuse.

Picage du perroquet, approche thérapeutique

Un traitement antibiotique à base d’amoxicilline-acide clavulanique est mis en place dans un premier temps, en association avec l’application percutanée de sélamectine (3 applications à 10 jours d’intervalle).

Au bout de 10 jours, le traitement antibiotique du perroquet est stoppé compte tenu de la dégradation de l’état général de Raya, qui présente apathie et anorexie (perte de 40 grammes en 10 jours).

Aucune amélioration de l’état de la peau n’est constatée à ce stade.

À partir de juin 2016 est mis en place un changement de nourriture avec apport de graines germées, de graines sèches, de fruits et de légumes, ainsi que l’application locale d’une pommade à base d’acide fusidique (début juillet à fin août 2016). On constate alors une amélioration de l’état de la peau du perroquet et une disparition progressive des croûtes.

Cependant, le picage du perroquet est toujours observé dès que quelques plumes se forment.

À partir de décembre 2016, un traitement ARA 3000 ALPHA® est mis en place selon le protocole suivant :

  • 3 injections à 7 jours d’intervalle ;
  • puis 1 injection toutes les 4 semaines pendant 6 mois ;
  • puis 1 injection tous les 3

Les injections de l’ALPHA 3000 sont réalisées en intramusculaire, au niveau du bréchet (en alternant côté droit et côté gauche à chaque injection) à la dose de 0,25 ml par injection.

Comment soigner le picage du perroquet ? – Résultats

Le picage du perroquet n’est pas une malade chronique. Dès la 2e injection d’ARA 3000 ALPHA®, un changement de comportement est noté, avec un animal plus calme, moins tenté d’arracher les plumes qui repoussent. Celles-ci ont, par ailleurs, un aspect plus souple et moins terne. Le picage perroquet s’atténue

En complément, un complexe d’huiles essentielles est appliqué sur la peau du perroquet (une goutte sous chaque aile), 1 fois par semaine, puis toutes les 2 semaines, du mois de juin au mois de septembre 2017.

À partir de septembre 2017, aucun autre traitement n’est associé aux injections d’ARA 3000 ALPHA® chez le perroquet.

En mai 2018, alors que les injections d’ARA 3000 ALPHA® sont maintenues à un rythme d’une injection tous les 3 mois (avec une fréquence rapprochée en période plumes dans les zones concernées du picage perroquet, l’absence de prurit et le retour à un état général normal.

Discussion

À travers l’étude terrain de ce cas de trouble cutané chez un perroquet, on peut noter :

  • la très bonne tolérance locale aux injections chez le cacatoès ;
  • la totale innocuité d’ARA 3000 ALPHA®sur un suivi à 3 ans ;
  • l’efficacité rapide observée sur le picage perroquet;
  • l’amélioration de la qualité du plumage du perroquet.

L’ARA 3000 ALPHA® montre donc tout son intérêt dans la prise en charge des troubles cutanés du perroquet en monothérapie ou en association avec d’autres traitements. L’ARA 3000 ALPHA® a été utilisé pour ce cas hors AMM et les bons résultats obtenus nous permettent d’inclure ce produit dans la gamme des médicaments utilisables chez le cacatoès.

Ce cas confirme les bénéfices du copolymère d’acides gras déjà obtenus par ailleurs dans le traitement des troubles cutanés chez le perroquet et témoigne des propriétés antiallergiques, anti-inflammatoires et antiprurigineuses de l’ARA 3000 ALPHA®.

Raya et sa propriétaire habitent aujourd’hui dans le Lot. Raya est en pleine forme et n’a jamais connu de rechute. Elle continue à bénéficier d’injections d’ARA 3000 ALPHA® tous les 4 mois, injections qui sont rapprochées en cas de mue ou en période de pic hormonal.

Nous remercions vivement Émilie Perchet, ASV à la Clinique des 3 rivières située à Til-Châtel (21), heureuse propriétaire de ce beau perroquet, et qui nous a tenus informés des soins prodigués à Raya.

Nous remercions également le Dr Charlotte Barbeau qui a pris en charge les injections de Raya.

  Franck Mollard
  DMV
  Vétérinaire consultant pour le laboratoire Lexmoor