ARTHRITE SEPTIQUE

Première cause d’affections articulaires chez les bovins1, l’arthrite septique est une affection douloureuse et invalidante. Les animaux touchés voient leur bien-être diminuer, et subissent une fonte musculaire. Cette affection peut avoir de graves conséquences économiques pour les éleveurs, notamment en termes de coût, temps passé et perte de revenus 1,2. Lorsque l’arthrite concerne des animaux destinés à la production de viande, les articulations touchées sont saisies à l’abattoir, et même parfois la carcasse. Cela entraîne une diminution du revenu de l’éleveur.


POURQUOI ?

L’arthrite septique est le résultat d’une colonisation des articulations par des bactéries. Ces dernières dégradent le cartilage, et entraînent une réponse inflammatoire. L’arthrite septique est le plus souvent la conséquence d’une infection primaire, notamment du nombril (omphalite), des poumons (pneumonie) ou du tube digestif (entérite). Elle peut également faire suite à une plaie cutanée à proximité d’une articulation.


QUELLES SOLUTIONS ?

La prévention de l’arthrite septique s’articule autour de différents axes, notamment le renforcement de l’immunité du veau et la limitation des risques d’infection par une bonne hygiène des bâtiments d’élevage et des nouveaux nés.

La prévention est capitale, en particulier concernant les jeunes animaux, afin de leur permettre au mieux d’exprimer leur potentiel. Elle consiste à éviter l’apparition de foyers infectieux primaires, ou, au moins, la dissémination des germes, notamment par la prévention ou le traitement précoce des omphalites.

Si l’arthrite septique se déclare, il est important que le traitement soit instauré le plus précocement possible afin d’éviter les complications.

Lorsque l’arthrite septique est présente, un traitement antibiotique adapté permet d’éliminer les bactéries responsables de l’infection. Pour le maintien du confort de l’animal atteint, un traitement anti-inflammatoire compatible avec l’antibiotique est le plus souvent proposé. Des lavages articulaires peuvent compléter le traitement et faciliter l’élimination des bactéries dans l’articulation.

arthrite-septique-animaux-lexmoor


QUI EST CONCERNÉ ?

L’arthrite septique touche surtout les veaux de moins de 8 semaines 2,3, car ils sont principalement concernés par les omphalites, pneumopathies et entérites bactériennes.

Tous les animaux, y compris les plus âgés, sont également susceptibles de présenter des plaies proches des articulations, qui peuvent évoluer en arthrite septique.

PARLEZ-EN A VOTRE VÉTÉRINAIRE


POURQUOI ?

L’arthrite septique est le résultat d’une colonisation des articulations par des bactéries. Ces dernières dégradent le cartilage, et entraînent une réponse inflammatoire. L’arthrite septique est le plus souvent la conséquence d’une infection primaire, notamment du nombril (omphalite), des poumons (pneumonie) ou du tube digestif (entérite). Elle peut également faire suite à une plaie cutanée à proximité d’une articulation.


QUELLES SOLUTIONS ?

La prévention de l’arthrite septique s’articule autour de différents axes, notamment le renforcement de l’immunité du veau et la limitation des risques d’infection par une bonne hygiène des bâtiments d’élevage et des nouveaux nés.

La prévention est capitale, en particulier concernant les jeunes animaux, afin de leur permettre au mieux d’exprimer leur potentiel. Elle consiste à éviter l’apparition de foyers infectieux primaires, ou, au moins, la dissémination des germes, notamment par la prévention ou le traitement précoce des omphalites.

Si l’arthrite septique se déclare, il est important que le traitement soit instauré le plus précocement possible afin d’éviter les complications.

Lorsque l’arthrite septique est présente, un traitement antibiotique adapté permet d’éliminer les bactéries responsables de l’infection. Pour le maintien du confort de l’animal atteint, un traitement anti-inflammatoire compatible avec l’antibiotique est le plus souvent proposé. Des lavages articulaires peuvent compléter le traitement et faciliter l’élimination des bactéries dans l’articulation.

arthrite-septique-animaux-lexmoor


QUI EST CONCERNÉ ?

L’arthrite septique touche surtout les veaux de moins de 8 semaines 2,3, car ils sont principalement concernés par les omphalites, pneumopathies et entérites bactériennes.

Tous les animaux, y compris les plus âgés, sont également susceptibles de présenter des plaies proches des articulations, qui peuvent évoluer en arthrite septique.

PARLEZ-EN A VOTRE VÉTÉRINAIRE

MANIFESTATIONS DE LA MALADIE

Les animaux atteints présentent le plus souvent une forte fièvre (dépassant 40°C), qui est responsable de fatigue et de perte d’appétit3. La diminution de l’abreuvement rend la toxicité de certains médicaments, notamment les anti-inflammatoires non stéroïdiens, plus forte. Les articulations atteintes sont très douloureuses, aussi les déplacements sont limités, et parfois l’animal ne pose plus le membre atteint.

Si le traitement n’est pas suffisamment précoce ou efficace, l’arthrite septique peut devenir chronique. La fièvre n’est alors pas toujours présente, mais la douleur articulaire persiste, ainsi que ses conséquences (réduction des déplacements, moindre prise de poids, fonte musculaire).

LES MÉCANISMES DE MISE EN PLACE

Lorsqu’un animal souffre d’une plaie proche d’une articulation, des bactéries (présentes dans l’environnement, par exemple la litière) peuvent coloniser la plaie et, par proximité, atteindre l’articulation. Ces bactéries peuvent se retrouver dans le sang, et ainsi circuler dans tout le corps de l’animal atteint (septicémie).

Les infections du nombril (omphalite), des poumons (pneumonie) et des intestins (entérite) sont occasionnées entre autres par des bactéries, en très grand nombre. Ces bactéries peuvent se retrouver dans le sang, et ainsi circuler dans tout le corps de l’animal atteint. Elles peuvent ensuite s’installer dans des organes favorables à leur multiplication. C’est le cas des articulations, en particulier sur les membres (articulations du carpe, du tarse et du grasset).

Une fois installées dans une (ou plusieurs) articulation(s), les bactéries dégradent le cartilage et entraînent une réponse inflammatoire. Celle-ci peut être très violente, et plus grave que l’infection elle-même2,4. Au bout de quelques jours, de la fibrine (une substance blanchâtre qui est issue de la coagulation) se forme et se dépose dans l’articulation. Elle entretient l’inflammation, et empêche la réponse immunitaire de l’organisme face à ces bactéries 2,5.

LA PRÉVENTION

Dans les 8 premières semaines de vie, l’immunité du veau repose exclusivement sur la qualité et la quantité de colostrum ingéré après la naissance. Faire boire du colostrum riche en anticorps, précocement et en quantité suffisante, est donc une mesure indispensable dans la prévention des arthrites septiques.

D’autre part, des mesures d’hygiène et de conduite du troupeau sont également incontournables : soins et surveillance du cordon ombilical dans les jours suivant la naissance, maintien d’une litière propre et en épaisseur suffisante, mise en quarantaine des animaux atteints de pneumopathie ou d’entérite, séparation des jeunes et des plus âgés.

De même, des compléments alimentaires oligo-vitaminiques peuvent être ajoutés à la ration pour pallier à une réponse immunitaire trop faible.

LES TRAITEMENTS

Dans un contexte de diminution de l’emploi des antibiotiques en production animale, les mesures de prévention précédemment citées sont d’autant plus justifiées. En effet, le traitement de l’arthrite septique comporte une antibiothérapie ciblée qui doit être adaptée aux bactéries présentes3,5. Pour une meilleure efficacité, et pour éviter l’apparition de résistance aux antibiotiques, la molécule choisie, la voie d’administration et la durée du traitement doivent être adaptées au germe responsable de l’arthrite. On privilégiera donc les antibiotiques administrés par voie intraveineuse, pour une action plus rapide. Attention, l’administration d’un antibiotique impose de prendre en compte les délais d’attente pour la commercialisation du lait et de la viande des animaux traités.

L’inflammation présente lors d’arthrite septique est souvent plus nuisible à l’articulation et à l’animal que l’infection elle-même. L’emploi d’anti-inflammatoires est donc tout à fait justifié pour contrer la fièvre et la douleur. De nombreux anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être utilisés dans cette indication4,5. La majorité présente toutefois des effets secondaires digestifs (ulcères de caillette) et rénaux à ne pas négliger, en particulier chez des animaux en croissance, anorexiques et/ou déshydratés. De plus, certaines molécules anti-inflammatoires augmentent le risque de toxicité rénale que présentent certains antibiotiques4. De même que pour les antibiotiques, il est recommandé de privilégier une voie d’administration qui permette une action rapide.

Enfin, aider l’articulation à se débarrasser des éléments qui la dégradent (bactéries, fibrine,…) peut favoriser la récupération de l’animal. C’est l’objet des lavages articulaires, qui consistent à injecter dans l’articulation atteinte un liquide stérile, à l’aspirer ensuite, et ce, plusieurs fois d’affilée. Si cette action mécanique donne des résultats intéressants, elle présente également quelques contraintes : elle nécessite des infrastructures, des manipulations fréquentes de l’animal, et du temps pour le vétérinaire et pour l’éleveur. Effectuée à outrance, elle peut même entraîner une inflammation 2,6,7.

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte ?

gdpr-image
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En utilisant ce site Web, vous acceptez nos Politique de protection des données . Rejeter
Lire +