TRAITER LA GINGIVO-STOMATITE CHEZ LE CHAT

OBJECTIF DE L’ÉTUDE

Utilisation d’ARA 3000 ALPHA® (hors AMM) dans le cadre d’une plurithérapie de CGSCF
Étude des effets d’ARA 3000 ALPHA® durant 1 an sur une série de chats atteints du CGSCF.
Dix-huit chats ont été sélectionnés, tous atteints du CGSCF et pouvant être positifs aux rétrovirus, calicivirus et herpes virus (des recherches PCR ont été faites en ce sens).


PARAMÈTRES ÉTUDIÉS

Un score clinique décrivant l’avancée de la maladie est établi à partir des paramètres observés :

Paramètres généraux : température, poids, appétit, douleur à la prise d’aliment ou en baillant, hypersalivation, niveau d’activité.

Paramètres locaux : douleur à la manipulation des mâchoires, halitose et/ou épaississement de la salive, taille des ganglions, inflammation caudale, surface de lésion caudale, lésions de crêtes gingivales.

Chaque observation est notée et le total de ces notes constitue le score clinique. Plus cette valeur est élevée, plus le chat présente des symptômes du CGSCF.
Les observations sont effectuées à J0, J15, J30 et J45 ou J60; ensuite le chat est revu au cours de l’année.


PLURITHÉRAPIE

Les chats sont soignés selon le schéma suivant :

  • Élimination de la plaque dentaire : détartrage ultrasonique supra-gingival, débridement sous-gingival, polissage.
  • Extraction dentaire (si besoin).
  • Contrôle du développement de la plaque dentaire : mastication d’aliments adaptés, chlorhexidine en topique.
  • Contrôle de l’inflammation : anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS). Ils doivent être choisis à durée d’action courte, pour une utilisation à court ou moyen terme. La forme orale doit être privilégiée avec sevrage progressif, si l’amélioration le permet.
  • Contrôle de l’infection : antibiothérapie pendant 3 semaines minimum, spécifique aux bactéries anaérobies Gram négatif, en partie responsables des stomatites (amoxicilline + acide clavulanique, clindamycine, etc.).
  • ARA 3000 ALPHA® : 2 ml à J0, J3, J6, J9, J12, et J30.


RÉSULTATS

Après un an d’observations, 30 % des chats sont considérés comme guéris : ils ne présentent plus de symptômes douloureux et retrouvent un confort de vie identique à celui de chats non atteints de CGSCF, une guérison totale n’étant pas possible du fait de la chronicité de ce syndrome.

50% des chats sont considérés comme nettement améliorés : ils présentent encore des lésions non douloureuses, peuvent s’alimenter et avoir une vie confortable.
Des rappels réguliers d’ARA 3000 ALPHA® (tous les 1, 2 ou 3 mois selon le cas) sont préconisés afin d’éviter les rechutes.

20% des chats sont considérés comme des échecs, tous dus à une prise en charge trop tardive de l’animal. De plus, 2 de ces chats étaient atteints de rétroviroses associées à une calicivirose, qui affaiblissent le système immunitaire de l’hôte rendant le CGSCF beaucoup plus difficile à soigner.


TOLÉRANCE À L’INJECTION

Une seule réaction d’intolérance à l’injection, se traduisant par une inflammation sous-cutanée, a été observée. Ce type de réaction, sans répercussion sur la santé du chat, peut être dû à un protocole d’injection mal respecté. Le produit doit être sorti du réfrigérateur quelques heures à l’avance et un massage peut être réalisé au point d’injection.
Aucun effet secondaire n’a été mentionné.


CONCLUSIONS

L ’ARA 3000 ALPHA®, inscrit dans le cadre d’une plurithérapie est un outil thérapeutique intéressant dans le traitement du CGSCF, particulièrement pour la gestion de la douleur. Seul, il est utile pour gérer la douleur et diminuer, voire supprimer les doses de corticoïdes. 80% des chats retrouvent un confort de vie acceptable.

 

Les échecs sont souvent dus à la prise en charge trop tardive.
Il est donc utile de diagnostiquer et de traiter le GCSCF au plus tôt.