SOIGNER LA DERMATITE ATOPIQUE DU WESTIE

PATHOLOGIE

Dès l’âge de 2 ans, on observe des épisodes ponctuels de dermite, en général aggravés par les puces, avec une symptomatologie diverse.

dermatite atopique canine


COMMÉMORATIF ET DIAGNOSTIC

CARACTÈRE : Chronique

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES : Raclages et calques cutanés.

SYMPTÔMES :

  • Prurit
  • Pododermatite
  • Otite externe
  • Dermite dorsale
  • Chéilite

DIAGNOSTIC :

Dermatite atopique canine.


IDENTIFICATION

  • Espèce : Canine
  • Race : West highland White terrier
  • Age : 9 ans
  • Sexe : Mâle
  • Poids : 10 kg
  • Mode de vie : Semi urbain
  • Alimentation : Industrielle, croquette à visée dermatologique

Ces signes cliniques se manifestent de manière intermittente pendant 4 ans. Lors des crises majeures, un traitement à base d’antibiotique, de corticoïdes et de soins locaux est utilisé.
A partir de l’âge de 6 ans, on constate une aggravation de la pododermatite sur les membres antérieurs avec lésions purulentes interdigitées, douleur et léchage. Ces crises de dermite podale apparaissent alors tous les 2 mois, améliorées par des soins locaux et l’antibiothérapie.
A partir de l’âge de 7 ans, on observe une généralisation des lésions dermatologiques avec pododermatite, chéilite, otite crouteuse (avec malasséziose) malgré les traitements antiparasitaires externes, les shampoings…
La symptomatologie (pododermatite bilatérale sur les membres antérieurs, otite externe, chéilite), l’âge d’apparition des symptômes, ainsi que la bonne réponse aux corticoïdes nous permettent d’évoquer alors un contexte de Dermatite Atopique.


TRAITEMENTS

TRAITEMENTS ANTÉRIEURS

Jusqu’à l’âge de 8 ans, traitement par des soins locaux (à base de chlorhexidine), corticothérapie (3 à 5 jours de prednisolone à 0,5 mg/kg/j. et antibiothérapie (Céfalexine) en cas de crise majeure. Les récidives sont fréquentes (tous les 2 mois) et l’état général de l’animal s’aggrave.

Mise en place d’un traitement avec de la ciclosporine par voie orale en association avec un shampoing dermatologique. Une nette amélioration est observée, mais le traitement doit être interrompu après un an suite à une aggravation de l’hypertrophie gingivale. Une rechute très rapide est alors observée.

 

 

TRAITEMENT INSTAURÉ & PROTOCOLE RECOMMANDÉ AVEC L’ARA 3000 ALPHA


RÉSULTATS

On observe une amélioration progressive de l’état cutané général, une récupération plus rapide des crises aigues et une diminution globale des soins associés (soins locaux, corticothérapie, antibiothérapie).

Le nombre de rechutes a fortement diminué : d’une rechute tous les 2 mois avant l’Arathérapie, on passe à 2 rechutes la première année de traitement avec l’ara 3000 alpha®, et une seule rechute la 2ème année de traitement.


TÉMOIGNAGES

PROPRIÉTAIRE : Il est clair que pour les propriétaires, l’élément déterminant dans le choix de l’ara 3000 alpha® a été l’absence d’effets secondaires, après l’utilisation de la ciclosporine et ses conséquences sur la muqueuse gingivale de l’animal.
Même si le protocole a été lourd, les propriétaires ont pu apprécier l’amélioration du confort de vie de leur animal, et du leur, grâce à l’allègement des soins locaux !

VÉTÉRINAIRE : Pour le vétérinaire traitant, il est intéressant de pouvoir suivre de manière régulière l’évolution des signes cliniques, et ainsi de pouvoir être réactif pour compléter le traitement. Cela nécessite cependant l’instauration d’un véritable climat de confiance avec les propriétaires.


COMMENTAIRES

Le suivi sur plus de 2 années d’un cas de dermatite atopique Canine, nous permet de dégager certains aspects en faveur de l’ara 3000 alpha® :
– absence d’effets secondaires (important pour le propriétaire compte tenu des effets observés avec la ciclosporine et les corticoïdes)
– amélioration du confort de l’animal (douleurs podales, prurit généralisé, otite …)
– allégement des soins de cosmétologie : impact positif pour le propriétaire sur les plans pratique et financier

L’effet anti-inflammatoire par action sur les phases vasculaire et cellulaire de l’inflammation et l’effet inhibiteur sur les cellules cibles de l’allergie (mastocytes et basophiles) permettent d’expliquer les améliorations obtenues sur l’état de la peau et le niveau de prurit se traduisant par une diminution du score CADESI. Notons que ces améliorations apparaissent progressivement pour devenir maximales à J45 après le début du protocole d’ara 3000 alpha®.