ONYCHODYSTROPHIE LUPOÏDE SYMÉTRIQUE – DERMATOSE RARE CHEZ LE CHIEN

Chien qui court sur la plage, soigné d'une dermatose rare

PATHOLOGIE – DERMATOSE RARE CHEZ LE CHIEN

COMMÉMORATIF

Présentée pour des lésions inflammatoires et infectieuses de la matrice unguéale (onyxis). La chienne se mordille constamment les griffes, une douleur est présente. Les ongles sont cassants, les quatre membres sont atteints, on n’observe pas d’autres symptômes généraux et/ou sous-cutanés.

Les traitements antibiotiques n’ont apporté aucune amélioration et les corticoïdes ont rapidement engendré des effets secondaires même en CJA.

Divers traitements locaux ont été instaurés sans résultats.

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

  • Un examen en lampe de Wood, une culture sur milieu de Sabouraud : négatifs

  • Calque et raclage cutané : négatifs.

  • Régime d’élimination : échec

  • Examen bactériologique pratiqué sur une biopsie : présence de nombreuses colonies de Pseudomonas aeruginosa et de quelques colonies de staphylocoques coagulase négatifs.

  • Résultats de l’antibiogramme : ces germes sont sensibles à la céfopérazone, la streptomycine, la spectinomycine, la gentamicine, l’apramycine, l’enrofloxacine et la marbofloxacine.

  • Examen histopathologique : lésions de pyodermite superficielle, avec dermite sous-jacente, en toute hypothèse à médiation immunitaire, avec lésions d’interface.

IDENTIFICATION

Espèce : Canine

Race : Rottweiler

Age : 6 ans

Sexe : Femelle

Poids : 54 kg

Mode de vie : vivant en ville

Alimentation : Équilibrée

DIAGNOSTIC- DERMATOSE RARE CHEZ LE CHIEN

Il s’agit d’une onychodystrophie lupoïde.

Traitement anti-inflammatoire ARA 3000 ALPHA pour soigner les pathologies des griffes du chien

TRAITEMENTS

TRAITEMENTS ANTÉRIEURS

 Antibiothérapie, corticothérapie, traitements locaux : sans effet secondaires suite à la corticothérapie

TRAITEMENT INSTAURÉ & PROTOCOLE RECOMMANDÉ – ARA 3000® ALPHA

ARA 3000 ALPHA® INJECTION SC

DATE

DOSE

TRAITEMENTS ASSOCIÉS

1

J1

12,5 ML

2

J5

12,5 ML

3

J10

12,5 ML

4

J15

12,5 ML

AUCUN

CONSOLIDATION

J45

12,5 ML

CONSOLIDATION

J60

12,5 ML

RAPPEL TOUS LES 3 MOIS

 RÉSULTATS – COMMENT SOIGNER LA ONYCHODYSTROPHIE LUPOÏDE SYMÉTRIQUE

Les lésions classées sur une échelle de 0 à 4 diminuent dès le 4e jour pour cicatriser totalement le 15e jour.

Les mordillements ont cessé dès le 3e jour.

Les propriétaires décident d’arrêter les injections de rappel après un an de suivi ; la chienne a été revue plus d’un an après cet arrêt et n’a présenté aucune récidive.

 COMMENTAIRES

L’onychodystrophie lupoïde est une maladie rare, classée dans les dermatoses inflammatoires à médiation immune, ce qui peut justifier l’utilisation de traitements immunomodulateurs.

L’ARA 3000 ALPHA® a des propriétés immunomodulatrices qui conduisent à le proposer dans le traitement de la dermatite atopique canine. La composante immunitaire de l’affection unguéale décrite ici a incité le vétérinaire traitant à mettre en place l’ARA 3000 ALPHA®< face à l’échec thérapeutique constaté jusque-là (notamment avec les corticoïdes).

Le succès est obtenu rapidement dans ce cas, en notant qu’une dose supérieure à celle recommandée a été instaurée, sans observer aucun effet secondaire.

NOTE CLINIQUE – SOIGNER LES PATHOLOGIES DES GRIFFES DU CHIEN

Les maladies des griffes du chien représentent environ 1,3 % à 2,2 % des cas de pathologie cutanée canine. Dans l’onychodystrophie lupoïde symétrique, une seule griffe est souvent atteinte au départ, puis les lésions s’étendent en quelque semaines.
L’ARA 3000 ALPHA® est un médicament anti-inflammatoire pour le chien, qui présente une activité immunomodulatrice mise en évidence dans différents modèles pharmacologiques in vitro, in vivo, ex vivo, notamment par :
la restauration de la fonction lymphocytaire T suppressive
l’activation des Macrophages
l’inhibition de la dégranulation des Mastocytes (action préventive et curative)
l’inhibition de la libération de médiateurs inflammatoires tels que LTB4, LTC4, PAF acéther (platelet activating factor) et les Prostanoïdes.

Remarque : Le platelet-activating factor (PAF-acéther, 1-0-alkyl 2(R)-acétyl-glycérophosphorylcholine) est synthétisé à partir des phospholipides membranaires et libéré par les polynucléaires basophiles, neutrophiles et éosinophiles, les monocytes, les macrophages et les plaquettes. Le PAF acéther joue un rôle dans les processus physiopathologiques de l’inflammation, de l’agrégation plaquettaire, dans ceux des perturbations